Le blog de la performance industrielle

Les 8 clés pour faire passer votre organisation productive dans l’ère de l’industrie 4.0

Afin d’optimiser votre organisation productive et passer dans l'ère de l'industrie 4.0, il est important de démarrer par le business et les clients. L’industrie est soumise à de fortes évolutions dues à la mondialisation ce qui implique une forte concurrence que l’on se doit de surveiller. 

Voici 8 clés pour faire passer votre organisation productive à l'industrie 4.0 :


1. Se concentrer sur le business avant tout


  • Faire de la veille…
    Il est vital de faire de la veille sur ce que requièrent les clients, le marché et bien sûr, ce que font les concurrents. Cela permet de tirer des enseignements précieux et de savoir s’orienter en termes d’objectif business.

  • … pour faire les bons choix
    Une étude approfondie du marché grâce à la veille amène par déduction à faire des choix : développer un nouveau service, une nouvelle façon de produire, une nouvelle gamme… ou au contraire, supprimer certaines références de son catalogue qui ne sont plus d’actualité, par exemple.

  • Rédiger des objectifs précis
    Être très clair sur ses objectifs est primordial. Il faut savoir se décider sur ce que l’on souhaite faire et dans quelle direction aller : plus de rapidité de production, des gammes plus variées, être capable de faire du tracking sur ses produits… Le tout, bien sûr, avec des plannings et des budgets.

 

hanover-messe-2016-me-425553-edited

2. User de créativité collaborative


Optimiser son organisation productive pour passer dans l’ère de l’industrie 4.0 signifie également se nourrir de réflexions en interne grâce à des outils de créativité collaborative comme le design thinking. Cette démarche rend possible l’élaboration d’un brainstorming très large sur toutes les idées d’amélioration ou de création ou d’innovation que l’on peut avoir en matière de business, pour une usine ou un atelier.


Plus évolué que le brainstorming, le design thinking permet de prendre le recul nécessaire afin de considérer d’autres points, apparemment décalés, mais qui participeront à la solution recherchée. Et de répondre parfois à un problème à un endroit où on ne l’attendait pas.  


3. Utiliser des outils de mesure performants


Au cours de sa démarche d’innovation, l’on peut choisir de définir des indicateurs grâce à des outils de mesure performants. Et ce, afin de ne pas se tromper de but. Il arrive que les freins soient mal identifiés à la base.

Les indicateurs permettent de les identifier clairement et de trouver les solutions adéquates. Les mesures varient évidemment en fonction des objectifs. Parfois les industriels pensent machines ou logiciels mais oublient que ce qui importe davantage est le résultat perçu par le client.

Par exemple, un outil de planification numérique comme On Time Delivery (OTD), qui est un logiciel de planning optimisé, livre les statistiques de livraison à temps et indique précisément le pourcentage de la production qui sera livrée à l’heure. Or la livraison ponctuelle est l’un des éléments les plus importants aux yeux des clients.


4. Lister ses propres indicateurs de succès

 

En lien avec le point précédent, il est utile de lister ses propres indicateurs de succès pour atteindre la performance industrielle souhaitée :

  • En interne : cadence, niveaux de charge…

  • En externe : satisfaction client (notamment grâce à des enquêtes), produits livrés en temps et en heure…


5. Faire une démarche globale ou holistique


S’ouvrir à d’autres plans d’action que le simple cahier des charges permet d’aboutir à des solutions efficaces et d’atteindre les objectifs qui ont été fixés. Ces démarches sont réalisées grâce à des audits et du travail de groupe ou encore des interviews sur le terrain. Elles profitent également de feedbacks d’autres secteurs industriels pour alimenter les débats.

Pour entrer dans l’ère 4.0, il faut à la fois considérer les objectifs qu’impose le marché et se servir des nouvelles technologies sans toutefois perdre de vue l’impact de celles-ci sur l’organisation et sur l’humain.


6. Prendre de la hauteur


Pour réussir l'optimisation de la production, il est intéressant de prendre du recul afin d’admettre qu’il y a probablement des points à améliorer. Ce recul permet aussi de déterminer son degré de maturité.

 

Testez la maturité de votre entreprise pour l'industrie du futur !


7. Dialoguer avec les équipes terrain


Redonner la parole et de la responsabilité dans le changement aux opérateurs peut s’avérer très bénéfique et faire émerger de bonnes idées. S’il doit y avoir introduction de nouvelles organisations, cela a pour avantage de les impliquer dès le début et par conséquent, de conserver leur adhésion dans le projet.

Les consulter peut aussi être un moyen de mettre des mots sur les points forts et les points faibles de la structure.

En outre, le dialogue permet de trouver des bénéfices aux équipes : si l’entreprise gagne en performance et en cadence grâce à une nouvelle machine, il est aussi intéressant de chercher avec elles en quoi ce nouvel outil peut leur apporter un plus.

L’ajout de technologie n’est pas une fin en soi. Il est important de veiller sur l’organisation dans son ensemble et comment elle va en être impactée.


8. Passer par des simulateurs de flux


La simulation de flux est un bon moyen pour anticiper et acquérir une vision plus large sur ce qu’il va se passer dans un avenir proche dans l’entreprise. Elle porte à la connaissance des intéressés des indicateurs chiffrés qui vont aider à faire des choix.

En résumé


L'industrie du futur consiste à adopter une approche globale qui permette de relier les objectifs qu’impose le marché avec les nouvelles technologies, aujourd’hui facilement accessibles. Le tout sans perdre de vue l’impact sur les organisations et sur l’humain. Car n’aborder que l’une de ces facettes est non seulement dépassé mais aussi source d’erreurs. Compte tenu de la conjoncture actuelle, une approche globale se révèle plus que nécessaire.

Évaluez rapidement la maturité de votre entreprise en répondant à ce questionnaire sur l'industrie du futur

questionnaire-industrie-futur

Partager cet article

À propos de l'auteur

Cyril Molina Cyril Molina
Directeur commercial adjoint chez TechTeam

Laisser un commentaire

S'inscrire à nos
Newsletters.