Le blog de la performance industrielle

Aéronautique : 5 actions pour optimiser la performance industrielle d'un site de production

Les compagnies aériennes se développent, et avec elles les commandes d’appareils sont croissantes. C’est une très bonne nouvelle pour l’industrie aéronautique en pleine mutation. Toujours dans sa quête d’excellence opérationnelle, comment optimiser la performance pour satisfaire les délais de livraison tout en augmentant sa capacité de production ?

Action 1 : Réinventer l’atelier industriel de demain dans la production aéronautique


L’industrie du futur est un des sujets prépondérants dans le domaine aéronautique. La méthodologie se réinvente et doit s’adapter à la croissance en cours du marché. Les constructeurs ont besoin de lignes de montage plus efficientes. Chaque avion étant unique, elles doivent pouvoir répondre à des exigences de personnalisation propre à chaque donneur d’ordre.

Quels outils pour accompagner de tels changements ?

L’informatique, bien sûr, mais plus largement la numérisation des chaînes. L’intelligence artificielle qui prend difficilement sa place présente malgré tout des atouts prometteurs.

Airbus a pris la décision de totalement refondre sa façon de concevoir des avions. Dans le cadre d’une demande qui ne cesse de croître, nous allons voir que les impacts sont multiples. En effet, chaque atelier va devoir être optimisé, et le dimensionnement sera systématiquement revisité.

 

Action 2 : Créer des scénarios d’approvisionnement

 

shutterstock_1043665888

L’aviation requiert de commander des pièces polymériques complexes. Ces pièces composites sont parfois longues à produire selon les réactions en jeu. La logistique est également impactée puisqu’elle doit répondre aux contraintes de temps et de volumes non conventionnels.

La communication entre tiers partenaires est clé. L’échange d’informations, le plus souvent via des données informatisées doit convenir à chaque cas.

Une simulation des flux adaptée à ces questions permettra donc de répondre à la question : quel est le plus logistique optimum dans le cas présent ? Et 

selon la réponse, faire correspondre la communication la plus juste avec son fournisseur.

 

Action 3 : Maîtriser son chiffrage dans l’aéronautique

 

Répondre aux appels d’offres est un challenge dans tous les marchés. Ici, proposer des appels performants est crucial. Vous devez garantir d’avoir la capacité, bien sûr, mais aussi déterminer un chiffrage équilibré. Trouver l’adéquation entre effectifs et efficience. Simuler pour garantir, prouver, chiffrer. Dans un marché où la concurrence internationale peut-être source de pression, il y a peu de marge d’erreur pour estimer le chiffrage du dossier. Il faut être compétitif sans mettre à mal son activité.

Définir des hypothèses de flux de production et de flux logistiques est une sérieuse piste à envisager pour faciliter la prise de décision sur ce sujet qui devient vite très sensible.


Et si vous pouviez déterminer l'impact de vos décisions avant leur mise en  oeuvre ?

 

Action 4 : Se servir du Big Data pour atteindre l’excellence opérationnelle


Une quantité exponentielle d’informations est en jeu dans l’industrie aéronautique. 

On y est : la technologie pour accéder à la transformation 4.0 des entreprises est désormais bien accessible. Si obtenir une énorme quantité d’informations rapidement n’est plus vraiment un problème, on peut légitimement se poser la question de l’exploitation pertinente de celles-ci. La simulation de flux intervient donc à ce niveau pour créer des indicateurs précis.

 

Action 5 : La sous-traitance à plus large échelle


shutterstock_1061671016-1

Dans sa démarche de redimensionnement, Airbus opte de plus en plus pour la sous-traitance de gros éléments, comme par exemple l’approvisionnement de pièces déjà montées.

Par conséquent, les appels d’offres à long terme se multiplient. Le partenaire sélectionné devra donc gérer l’augmentation de la capacité. On observe que la nouvelle façon de travailler d’Airbus impose une remise à plat du process chez tous les partenaires qui lui sont associés. 

Les sous-traitants se doivent de soutenir et garantir leur capacité de suivre le rythme des demandes. Prendre le pli de l’industrie du futur tout en conservant ses performances liées aux coûts n’est pas une mince affaire.

C’est pour cela que plusieurs partenaires d’Airbus tels que Daher ont opté pour la simulation de flux via le logiciel Arena. Ils gagnent ainsi une grande visibilité en adaptant tous les scénarios possibles sur leur production, leur approvisionnement et leur maintenance. La transversalité de l’outil permet de réduire considérablement les coûts d'exploitation grâce à l’anticipation rendue possible rapidement.

Téléchargez la version d'essai du logiciel ARENA pour vous faire une idée de comment un tel outil peut vous aider à optimiser la performance industrielle d'un site de production. 

 

version-essai-arena-v15-petit

 

Partager cet article

À propos de l'auteur

Céline Cornardeau Céline Cornardeau
Responsable équipe simulation et outils décisionnels chez Techteam

Laisser un commentaire

S'inscrire à nos
Newsletters.