Le blog de la performance industrielle

Comment valider le contexte d’implantation d’une machine ?

Pour implanter un robot ou un cobot (robot collaboratif) sur une ligne de production et ainsi envisager l'automatisation de la chaîne de production, il faut d’abord savoir se poser les bonnes questions, ce qui évite de nombreuses erreurs, exemples à l’appui.

 

Les principales questions à se poser avant d'implanter un robot ou un cobot sur une ligne de production

 

  • Pourquoi implanter un robot ?

C’est la première interrogation à avoir. Le dirigeant d’entreprise ou l’ingénieur de production d’une PME/PMI peut simplement vouloir une nouvelle machine pour remplacer un équipement obsolescent ou/et accroître les capacités de production.

C'est une approche qui date d'avant le début de la numérisation, la production en grande série n'est plus le développement de demain. L’industriel doit désormais s’adapter aux besoins des clients, qui veulent des produits customisés correspondant à leur demande à un instant T, et fabriqués dans un délai rapide. Quels sont les prérequis à mettre en œuvre ?

 

Et si vous pouviez déterminer l'impact de vos décisions avant leur mise en  oeuvre ?

 

  • Quels sont les objectifs de l'automatisation de la chaîne de production ?

Les objectifs doivent être précisés à court, moyen et long terme. Il est important de se fixer des objectifs quant à l'exigence de qualité, de capacitaire ... etc.

  • Quand ?

Il faut savoir choisir le bon moment pour effectuer les changements et évaluer la durée des différentes étapes du processus.

  • Avec qui ?

Avec quels collaborateurs (internes et externes) effectuer ces changements et avec quels partenaires ?

  • Combien ? Quel ROI ?

Il s’agit de calculer les retours sur investissement (ROI) de l’implantation de la nouvelle machine (coûts / bénéfices) engendrés par ces changements. 

Sans réponse à ces questions, l'entreprise peut rapidement se retrouver dans une situation financière difficile, sans aucun retour sur investissement.

 

Les principales erreurs à éviter lors de la validation du contexte d’implantation d’une machine

 

Cas n°1 : acquérir une machine sans vision globale de l'organisation de la production 

 

À titre d'exemple, une société de tôlerie industrielle a investi 2,1 millions d'euros afin d'accroître son capacitaire de production, qu'elle espérait alors multiplier par 3. Cet équipement a été acquis sans vision globale de l'organisation de la production et des postes de travail (découpe, pliage, peinture...). Il ne fonctionne alors pas à 100% de ses capacités, ce qui est dommageable au regard de l'investissement réalisé. 

Il ne faut pas confondre le moyen et l'objectif. En effet, penser qu'une machine est capable de résoudre tous les problèmes sans tenir compte de l'organisation de production induit obligatoirement des pertes financières.

 

Cas n°2 : ne pas utiliser l'équipement pour faire évoluer son organisation 

 

Un autre de nos clients, spécialisé dans la fabrication d'armoires électriques, entame la démarche dans le bon sens. Il se sert de son futur équipement comme un moyen pour faire évoluer son organisation et faciliter le travail de ses opérateurs.

La pleine réussite de cette intégration complète deux objectifs majeurs pour l'avenir de l'entreprise : un accroissement du capacitaire à ISO effectif, et une amélioration des conditions aux postes de travail.

 

Pour accompagner les entreprises dans une stratégie globale de changement,  nous avons développé une démarche de diagnostic organisationnel : le T-DIAGDans sa version light, elle peut être mis en oeuvre en 5 jours de présence auprès des équipes, et durer jusqu'à 6 semaines pour un travail sur l'ensemble des processus opérationnels. 

 

Et si vous pouviez déterminer les comportements de vos machines (cobots, robots...) avant même leur implantation au sein de votre chaîne de production ? La simulation de flux permet d'anticiper votre future organisation : maîtriser le calcul de votre retour sur investissement ; anticiper les besoins en ressources (humaines, matérielles, énergétiques…). 

 

guide-simulation-flux

 

Partager cet article

À propos de l'auteur

S'inscrire à nos
Newsletters.